Amizour: Pétition contre l’extraction «abusive» du tout-venant

  Pétition contre l’extraction «abusive» du tout-venant

Les travaux d’extraction du tout-venant dans le lit de l’Oued Amizour ayant débuté il y a deux mois font peur aux riverains, notamment les habitants du quartier Tahamamt qui craignent les conséquences néfastes que peut engendrer cette opération qualifiée d’«abusive». «Cette extraction risque de causer des dommages irréparables aux berges et de donner lieu à des inondations catastrophiques en cas de crue de l’oued», écrivent les plaignants dans leur pétition adressée au wali de Béjaïa en date du 10 juin.

Ces riverains disent aussi que l’opération a déjà touché deux kilomètres linéaires causant des dégâts sur un terrain de jeu aménagé par l’APC, le gabionnage en bordure du CV 4 et la passerelle qui relie les deux rives au lieu dit Timdant. Il faut préciser que l’Oued traverse et coupe la ville d’Amizour en deux, ce qui rend ce centre urbain vulnérable aux inondations et d’éventuels débordements de l’oued par des crues en hiver. En 2006, l’APC avait tiré la sonnette d’alarme quant au danger et à la menace de l’Oued qui avait déjà ravagé une bonne partie des berges. Pour cela, un projet de canalisation de 3 km allant de part et d’autre du pont de la rivière saisonnière est inscrit.

Les dégradations du lit de l’Oued causées par des extractions excessives de tout-venant pourraient accélérer la décadence et mènera à rendre la menace réelle sur les quartiers voisins de la rivière. Le cri d’alarme des habitants de Tahamamt pourrait inciter les pouvoirs publics et les autorités locales au moins à faire appliquer la note du wali n’autorisant l’extraction du sable et du tout-venant qu’en dehors des zones  de moindre risque.La Dépêche de Kabylie

Laisser un commentaire