Archive de la catégorie ‘FFS’

Installation d’une fédération FFS

Samedi 6 juin 2009

Le parti de Hocine Aït Ahmed s’organise à Mascara. Ce jeudi, ils étaient deux secrétaires nationaux du parti, MM. Nebbou Mohamed et Benameur Belkacem, chargés respectivement des fédérations et des élus locaux à avoir procédé à l’installation « officielle » de la fédération du Front des forces socialistes de la wilaya de Mascara.

C’est au cours d’une assemblée générale élective qui a eu lieu, jeudi 4 juin, à la salle cinéma « Le Vox » de la Cité de l’Émir, que le nouveau premier secrétaire du FFS de la wilaya de Mascara a été élu par la base militante. Il s’agit de M. Aggad Ahmed, un ex-élu de l’APC de Matemore, à 20 km de Mascara. Un nouveau bureau de ladite fédération de wilaya du FFS composé de treize membres a fait également l’objet d’installation par les émissaires du premier secrétaire du FFS, M. Karim Tabou. (ELWATAN)

 »الرئاسيات الأخيرة الأكثر تكلفة في تاريخ الجزائر »

Vendredi 5 juin 2009

 جزم السكرتير الوطني الأول لجبهة القوى الاشتراكية بأن الرئاسيات الأخيرة بحملتها الانتخابية هي الأكثر تكلفة في تاريخ الانتخابات بالجزائر. ولتأكيد ما قال، أعطى كريم طابو مثالا بتيزي وزو، حيث قال:  »هذه الولاية لوحدها استقبلت 37 مداومة لبوتفليقة، وكل واحدة منها جهزت بالعتاد وبالإمكانيات المالية لشراء ذمة المواطنين وكرامتهم لإنجاح التجمع الذي نشطه رئيس الجمهورية ».

Ecole de formation politique Ali MÉCILI – Note d’information

Jeudi 4 juin 2009

Aux camardes étudiants

Inscrits à l’Ecole de Formations Politique « Ali MÉcili »

La 4ème session de l’Ecole de formation politique « Ali MÉcili » aura lieu le vendredi 12 juin 2009 à partir de 10H00 au siège national. La conférence intitulée « Contribution à l’analyse de la crise de l’université Algérienne » sera animée par M. CHERBAL Farid, Enseignant- chercheur.

Présentation de l’animateur
Farid CHERBAL est enseignant- chercheur en Génétique Moléculaire à l’USTHB. Il travaille actuellement sur un projet de recherche sur : « L’étude de la génétique du cancer héréditaire du sein et de l’ovaire chez les familles algériennes ».

Sur le plan syndical, il est membre fondateur du Conseil National des Enseignants du Supérieurs (CNES) en novembre 1991, et membre de la section CNES-USTHB de 1997 à ce jour. Farid CHERBAL est l’auteur de plusieurs publications sur l’université et le syndicalisme.

« Le syndicat CNES, la crise et l’université et le mouvement syndical en Algérie » paru dans le quotidien la « TRIBUNE » du 31 août 2002.
« La réforme LMD est l’université Algérienne : le vrais enjeux », in « El Watan » 4et 5 septembre 2004
« Contribution à l’analyse du mouvement syndical autonome en Algérie » in « El Watan » 30 novembre et 1 décembre 2004
« La démocratie à l’université Algérienne : les luttes pour la construction d’un espace de la citoyenneté » in « El Watan » du 1 février 2005
« Le mouvement syndical autonome et les libertés syndicales en Algérie » in « El Watan » du 9 et 10 novembre 2005

La conférence sera modérée par Mme Fairouz BOUAMAMA, directrice de l’école de formation politique « Ali MÉcili »

La directrice de l’école de formation politique
Mme Fairouz BOUAMAMA

Ghardaia: 75% des commerçants ont suivi la grève !

Lundi 1 juin 2009

La ville de Ghardaia a été paralysée ce lundi par une grève générale à l’appel de la fédération du FFS en guise de soutien à Mohamed Baba Nedjar condamné mercredi dernier à perpétuité par la cour criminelle de Médéa. Le FFS affirme dans un communiqué que le taux de suivi de la grève varie entre 75% et 100 %. La grève a été suivie à 100% au niveau du marché des fruits et légumes «Cheikh El Houas». A 12h00, des milliers de personnes ont pris part à une marche de protestation suivie d’un grand meeting populaire animé par Kamel Eddine Fekhar.(ffs1963)

Hocine AIT AHMED: «On ne peut pas construire l’avenir de notre pays en travestissant l’Histoire»

Lundi 1 juin 2009

Déclaration d’ouverture et mots de remerciements de Hocine Aït-Ahmed lors de la journée d’études sur la guerre d’indépendance de l’Algérie, des années 1940 à juillet 1962, organisée par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BIDC) de l’Université de Paris Ouest, le 20 mai 2009. 

Mesdames et messieurs, chers amis,

Parler de la révolution algérienne pour un homme de ma génération, c’est parler de ce que je considère comme un motif de fierté universelle. Elle concerne, par-delà les nationalismes, tout individu ou groupe humain qui n’a pas désespéré de voir, comme dit la chanson, s’accomplir un idéal de justice et de liberté. Mais en parler aujourd’hui, c’est aussi saisir ce que l’histoire a de terrible et de douloureux. Non seulement à cause du prix payé pour que cet idéal, en l’occurrence l’indépendance algérienne, s’accomplisse. Mais aussi parce qu’une fois qu’un premier pas a été accompli, l’on voit l’immensité de la tâche qui reste.

La longue marche vers la liberté, la justice et la démocratie n’a fait que commencer avec l’avènement de l’indépendance. Et cette longue marche n’a cessé d’être contrariée. Un coup d’Etat suivant l’autre, une régression annonçant l’autre. Le vingtième siècle, pour l’Algérie comme pour le reste du monde, aura été tout à la fois le siècle des souffrances innombrables, de la dignité retrouvée et des promesses non tenues.

Le siècle qui commence aura, pour les jeunes Algériens plus que pour d’autres jeunes du monde, commencé sous le signe de ces promesses non tenues. Leurs souffrances sont différentes des nôtres. (J’appartiens à une génération à qui nul n’a rien promis). Le cheminement de cette jeunesse est par conséquent différent du nôtre. La génération de la guerre d’indépendance nationale leur a légué une des vérités essentielles de la vie: s’être battu une fois pour la liberté n’est pas une garantie d’infaillibilité. Et sans rentrer dans les détails des usurpations nombreuses qui ont suivi la libération, même parmi ceux qui se sont sincèrement investis dans la lutte pour l’indépendance se sont manifestés les traits haïssables de l’autoritarisme.

Il n’est jamais utile de spéculer sur le passé ni de le réécrire à sa convenance. Ce qui importe c’est de le connaître et d’en méditer les leçons. Il est d’autant plus utile de connaître son passé, qui nous vivons une époque bien curieuse. D’un côté les colonialistes sont de retour et revendiquent sans vergogne “les bienfaits de la colonisation”; et, face à eux des pouvoirs corrompus et illégitimes font dans la surenchère nationaliste tout en remettant au goût du jour les pires méthodes coloniales dans la conduite des affaires nationales.

Un dernier mot, peut-être, pour ce peuple algérien qui a tant donné à une révolution qui n’aurais pas été possible sans lui. Une révolution qui s’est fourvoyée dès qu’elle s’est détournée de son peuple pour se focaliser sur le culte du pouvoir. Je dédie mon témoignage à toutes celles et à tous ceux qui, aux quatre coins de l’Algérie et dans la diversité de leurs appartenances, sont restés fidèles à cette idée de liberté et de justice qui veut que les pouvoirs soient au service des peuples et non le contraires. Je vous remercie.

Remerciements lors de la clôture

Remercier les organisateurs d’un événement est toujours un peu formel et surtout très attendu. Mais, comme les mots ont malgré tout un sens, je voudrais dire un immense “merci” à toutes celles et tous ceux qui ont rendu cette journée possible.

Merci donc à toute l’équipe d’avoir réussi à mettre de l’ordre et de la cohérence dans ma soif de transmettre qui oublie parfois trop chronologie et pédagogie !

Merci à l’équipe de la BIDC pour son formidable accueil.

Ce “merci”, je l’ai dit, n’et pas formel pour plusieurs raisons essentielles :

- Je ne me suis pas senti trahi par les extraits choisis au milieu de tant et tant d’heures de tournage;

- Ne pas ” se sentir trahi “, ce n’est pas asséner ou imposer Ma vérité. C’est contribuer à restituer notre Histoire, avec ses heures victorieuses et avec ses heures de honte.

On ne le dira jamais assez; on ne peut pas construire l’avenir de notre pays, l’avenir du Maghreb et celui de TOUS ses enfants en travestissant l’Histoire.

Or, je tiens à dire, au-delà de toute polémique, que les autorités algériennes ont un savoir faire réel pour écrire, ou faire suggérer par les uns ou les autres, l’histoire qui leur convient.

Mais le plus important aujourd’hui ­ et c’est une confidence – c’est que cette journée et tout le travail qu’elle a nécessité en amont m’ont donné le sentiment d’une urgence: écrire très vite le deuxième tome des ” Mémoires d’un combattant “.

Je vous l’avais dit, mon merci est tout sauf formel.(source FFS1963)

الأفافاس يدعو تجار غرداية لغلق محلاتهم غدا الإثنين

Dimanche 31 mai 2009

 دعت جبهة القوى الاشتراكية، أمس، تجار ولاية غرداية إلى  »غلق محلاتهم ليوم كامل غدا الإثنين »، وذلك تضامنا مع الشاب محمد بابا نجار الذي حكم عليه بالسجن مدى الحياة. وجاء في بيان فرع الأفافاس بولاية غرداية أن الحكم الصادر يعد  »ظلما وعدوانا وبدون أي دليل أو برهان ». وذكر الأفافاس في ذات البيان أن  »الغرض من هذا الحكم القاسي هو كسر أي ناشط يعمل للمطالبة القانونية والسلمية بالحقوق من أجل رفع الغبن والظلم ». ومن هذا المنطلق طلب الأفافاس من جميع التجار والحرفيين تجسيد شعار  »تضامنك مع القضايا العادلة هو أحسن ضمان لكي لا تظلم »، وذلك من خلال توقيف النشاط التجاري ليوم واحد بالولاية.

 

Le FFS de Ghardaïa appelle à une grève des commerçants

Dimanche 31 mai 2009

nedjar.jpgEn guise de solidarité avec le jeune Mohamed Baba Nedjar, condamné mercredi à perpétuité par la cour criminelle de Médéa, la fédération du Front des forces socialistes (FFS) de la wilaya de Ghardaïa a appelé hier à une grève générale des commerçants pour la journée de demain. «AFIN de contenir la colère des jeunes contre un procès injuste et injustifié et pour exprimer pacifiquement leur rejet de cette situation, la fédération du FFS de Ghardaïa demande aux commerçants et artisans de la wilaya d’exprimer leur refus de l’injustice et des dépassements en observant une grève générale lundi 1er juin», a noté le communiqué du FFS.  Pour rappel, Mohamed Baba Nedjar (24 ans) a été condamné le 6 juin 2006, en première instance, à la peine capitale pour une affaire de meurtre. En effet, le 20 octobre 2005, Baba Nedjar a été arrêté dans le cadre de l’affaire de l’assassinat de Bezine Brahim, président de l’antenne du Croissant-Rouge algérien, brûlé vif par deux personnes encagoulées. Après trois ans de prison et deux reports, l’accusé qui clame toujours son innocence, a été condamné à perpétuité. Un verdict qui a surpris la famille de l’accusé, ses avocats et le FFS.

Déclaration de la section du FFS de Béjaia

Dimanche 31 mai 2009

ffs.jpgLe mercredi 27 mai 2009, la cour criminelle de Médéa a condamné  à perpétuité Mohamed Baba Nedjar pour un crime qu’il n’a pas commis, comme il ne cesse de le clamer. C’est abominable d’autant plus que le dossier est complètement vide du point de vue de preuves l’accablant. 

En fait le seul crime que Mohamed a commis est son engagement au sein de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme et du FFS. Une cabale judiciaire montée de toute pièce par les tenants du système et la maffia locale a jeté Mohamed Baba Nedjar dans la machine infernale de la justice qui a décidé de le broyer en prononçant au nom du peuple, sa condamnation à perpétuité.

C’est pourquoi, nous militants du FFS de la section de Béjaia demeurerons aux cotés de ce brave militant jusqu’à ce que justice soit rendue. Ainsi, de Béjaia, nous adressons deux messages: 

- A toi MOHAMED,  nous te disons: Tiens bon, demain tu seras libre, car nous sommes persuadés que tu es innocent et que la vérité finira par triompher. 

- A vous, manipulateurs de tout bord, nous vous disons que l’engagement politique au sein du FFS n’est ni un tort, ni un crime, bien au contraire c’est un droit sinon un devoir pour tout citoyen convaincu de la nécessité de l’instauration d’une véritable démocratie dans son pays.

Aussi, n’en déplaise à tous les détracteurs, la justice triomphera et le combat pour la liberté, la dignité et la démocratie aboutira et la deuxième République aura son avènement.

le 1 secrétaire,karim BOURAI.

Communiqué d’information

Vendredi 29 mai 2009

Secrétariat national

Poursuivant son programme de rencontres politiques de proximité et de restructuration organique, le secrétariat national du Front des Forces Socialistes a établit un calendrier d’activités comme suit :

Le jeudi 28 Mai 2009 :

· Congrès de sections de FERAOUN (Bejaia) à 13H00 à la maison de jeune Ighil Ouzammour, il sera animé par ABDOUNE Nacer et KHODIR Madani.

· AKBOU (Bejaia) à 14H00 AGI à la salle de délibération de l’APC, il sera animé par ATTOUCHE Zahir, et un membre du conseil national du parti.

· CHEMINI (Bejaia) à 15H30, rencontre des militants pour les préparations de l’AGI à la maison de jeune au chef lieu, il sera animé par KHALEF Farid et un membre du conseil national.

· BORDJ MENAIL (BOUMERDES), congrès de section à 14H00 au niveau du centre culturel, il sera animé par BEN BELKACEM Belkacem secrétaire national.

Le vendredi 29 Mai 2009 :

Congrès de section de :

· IMOUSSHAL et d’IFARHOUNANE (TIZI OUZOU) à 10H00 au niveau de la maison de jeunes, il sera animé par MAZNI Tahar membre du conseil national..

· MIZGHNA (TIZI OUZOU) à 10h00 au chef lieu, il sera animé par TAMADARTAZA Moussa secrétaire national.

· LARABAA NATH YIRATHANE (TIZI OUZOU) à 10H00 au niveau de la maison de la culture, il sera animé par HARONE Hocine, secrétaire national.

· MKIRA (TIZI OUZOU) à 10H00 au niveau de la salle Omni Sport, il sera animé par BEN TALEB Arezki. secrétaire national.

· HIZER (BOUIRA) à 10H00 au niveau du centre culturel, il sera animé par un des membres du conseil national.

· AHNIF (BOUIRA) à 17H00 au niveau du centre culturel, il sera animé par un des membres du conseil national.

· AMALOU (Bejaia) à 14H00 au niveau du foyer de la jeunesse au chef lieu, il sera animé par le
1er secrétaire TABBOU Karim et AYAD Djamel.

· BOU DJELLIL (Bejaia) à 15H00 au niveau de la maison de jeune du village d’Aghbaia, il sera animé par CHERIFI Hakim

· AGI à TALA HAMZA (Bejaia) à 10H00 au niveau de la maison de jeunes Mitoyenne à l’ancien siège de l’APC, il sera animé par ZAIDI Abdellah et un des membres du conseil national.

p/ le secrétariat national
Le chargé de la communication
SADEG Nassim

Ghardaïa: Le FFS dénonce des intimidations policières

Mardi 26 mai 2009

babanadjar.jpgLa fédération de Ghardaïa du Front des forces socialistes (FFS) a dénoncé hier «le retour des intimidations policières contre les militants du parti».
Mettant «ces pressions» dans le contexte du procès de Mohamed Baba Nedjar, programmé pour après-demain au tribunal de Médéa, la fédération rapporte dans un communiqué rendu public hier que «des policiers ont interrogé de manière menaçante les propriétaires des commerces adjacents au siège de la fédération du FFS, sur la personne et le lieu où se trouve Kamel Eddine Fekhar». La même source souligne que l’affaire Baba Nedjar condamné à mort pour meurtre «est un complot monté par le pouvoir judiciaire contre le mouvement de protestation pacifique de Ghardaïa et à sa tête le docteur Kamel Eddine Fekhar, militant du FFS et de la Ligue de défense des droits de l’homme».

Le FFS de Ghardaïa estime que Baba Nedjar, dont le procès en appel doit s’ouvrir le mercredi 27 mai à Médéa, «a refusé de monnayer sa libération contre l’implication des dirigeants du parti et de la ligue dans cette affaire». Les militants du parti de Hocine Aït Ahmed dans la vallée du M’zab ont exigé de l’appareil judiciaire de Ghardaïa «de ne pas être un outil aux mains du pouvoir exécutif, de cesser ces actes d’intimidation et de s’occuper de sa mission réelle qui est de préserver la paix et l’intégrité des citoyens et de leurs biens». En prévision du procès en appel de Baba Nedjar, un comité international pour un procès équitable a vu le jour, en sus du comité d’avocats devant prendre la défense du jeune condamné à mort.

1234